Récit du 50km intérieur Jog-X: tourner en rond pour mieux avancer!


Photo d'après course avec les machines: (de gauche à droite): André Brisson, Denis Larochelle, Benoit Beaupré (vainqueur du marathon) et moi-mème

Hier, je prenais part à ma première course de la saison 2014: le 50km intérieur Jog-X de Montréal qui avait lieu au Centre Multisports à Vaudreuil-Dorion, un endroit où je m'entraîne régulièrement pour effectuer mes entraînements par intervalles. La course consistait à tourner en rond sur une piste de 200 mètres pour 250 tours en changeant de sens aux 30 minutes...

À mon arrivée sur les lieux, j'étais content de revoir quelques coureurs que je croise régulièrement dans des Ultras: Pat Godin (qui n'a malheureusement pas pu prendre le départ en raison d'une grippe), Denis Larochelle, André Brisson (l'éternel bout-en-train) et Benoit Beaupré. Le départ étant retardé de près de 30 minutes, nous avons eu l'occasion de discuter de notre calendrier de course, de tout et de rien... J'en profite également pour aller porter des bouteilles à main et des gels aux tables situés aux 4 coins de la piste.

À 9h30, nous voilà prêt à partir. Avant de partir, je dis aux gars: Bonne chance, au cas où on ne se revoit pas! Une phrase qu'on se dit souvent dans des Ultras en forêt où, en effet on ne se revoit souvent pas mais sur une piste de 200 mètres, c'est une toute autre histoire...

Le départ est donné et je décide de partir à un rythme de 5'10-5'15, rythme que j'estime soutenable pour le 50km. Je m'apercevrai plus tard que c'était un peu trop rapide... Avant le départ, j'avais décidé de compter mes tours afin de rester concentré et de faciliter ma gestion de l'effort. Le fait d'avoir à calculer mon rythme mentalement m'aide beaucoup à resté dans le moment présent. L'organisation annonçait régulièrement le nombre de tours complétés en plus de l'afficher sur un écran projecteur. Toutefois, le temps que le tapis capte notre numéro de puce et que l'ordinateur le diffuse à l'écran, il était déjà trop tard, même en courant à basse vitesse. Je me suis donc surpris à faire quelques erreurs au niveau du comptage de tours lorsque j'entendais le compte au micro mais bon...

André Brisson, vainqueur du 50 km, courait à un rythme beaucoup plus rapide et me dépassait régulièrement. J'avais toujours hâte de me faire dépasser pour entendre ses blagues et voir ses élans de folies! J'ai aussi couru une certaine partie de la course avec Denis, 2ème place au 50km. On n'était toujours à plus ou moins 2 tours d'écart pendant la course et on s'encourageait mutuellement.

Passé le cap du 20 kilomètres, je commençais à avoir envie et je ne voulais pas avoir à sortir de la piste pour me rendre jusqu'au vestiaire pour un petit pipi. J'ai alors vu la porte de garage menant à l'extérieur. Je me suis informé à Bernard, propriétaire de la Boutique Jog-X et l'un des responsables de l'organisation et il m'a dit que je pouvais y aller. Ce qui aurait pu me coûter 2 minutes en allant dans le vestiaire m'a coûté un petit 30-40 secondes en allant à l'extérieur!

Je suis passé à mi-parcours (ça fait drôle de d'utiliser l'expression mi parcours sur une piste de 200 mètres) donc au km 25 en 2h10 minutes. J'étais alors confiant de pouvoir terminer la course en bas de 4h30 mais je voulais avant tout vivre l'expérience et terminer l'épreuve.

Au niveau mental, j'ai été très fort tout au long de la course. Ça l'a commencé à se corser un peu à partir du 35eme kilomètre mais malgré tout, j'ai continué à courir. Plusieurs coureurs alternaient course et marche et certains semblaient souffrir péniblement. La marche n'était pas une option pour moi. Pas question de rallonger ce supplice! ;)

Je suis passé au marathon (42,2km donc 211 tours) en un temps de 3h45min45sec et à partir de ce point, j'étais en mode compte à rebours jusqu'à l'arrivée, un compte à rebours qui m'a semblé être une éternité...
Rendu à moins de 10 tours de la fin (deux derniers kilomètres), j'ai commencé à me rendre compte que la fin approchait à grand pas (ou plutôt à petits pas). Dans le dernier kilomètre, j'ai senti mon mollet se contracter légèrement et je ne voulais pas cramper si près du but. J'ai alors diminué ma vitesse drastiquement. J'ai accéléré le dernier 20 mètres pour faire plaisir à la foule! Mission accomplie en un temps de 4h32min39sec!
En prime, une troisième position derrière André et Denis.

Immédiatement après la course, j'avais très mal aux jambes et je voulais juste m'asseoir! J'ai ensuite fait un tour de piste en marchant pour aller chercher mes bouteilles.

En plus de la médaille de finissant de l'épreuve, j'ai reçu un trophée. Pour la photo du podium, la bonne nouvelle en terminant 3ème est que je n'ai qu'une seule marche à monter! :)


Photo du podium! 1ère place: André Brisson, 2ème place: Denis Larochelle

Après la photo, une bonne douche qui a fait un bien immense. J'ai probablement boucher le drain tellement il y avait du sel qui coulait!

Je tiens à remercier les personnes suivantes:
Émile Audet qui est venu courir quelques tours et qui m'a aidé avec mes bouteilles pour les ravitaillements.
Steve Moisan et Bernard Audet pour la belle organisation.
Tous ceux qui se sont déplacés pour venir m'encourager!

Le titre de mon blog est tourner en rond pour mieux avancer. Plusieurs peuvent se demander qu'est-ce qui nous poussent à vouloir tourner en rond comme des hamsters pendant aussi longtemps! C'est bien simple. Dans mes prochaines courses qui sont des Ultramarathons en forêt, lorsque je vivrai des moments difficiles, je pourrai me dire qu'au moins je suis en pleine nature et que j'aurai vu pire mentalement. C'est de l'argent en banque pour emprunter l'expression de Pat Godin.

En somme, c'est une très belle manière de commencer la saison et cette course sera la bougie d'allumage côté motivation pour les prochains mois d'entraînement. Il ne manque que la chaleur et le printemps!

Prochain arrêt, le 50 Miles de Bear Mountain, le 3 mai. Course à laquelle j'ai été contraint à l'abandon l'an dernier! J'irai en finir une fois pour toute avec l'ours!


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Récit du Zion 100: Don't mess with the mesas!

Bromont Ultra 2017: le jour de la marmotte...

Winter Beast of Burden 100: DNF, monotonie, méditation et Miller Light...